Etanchéité à l’air intelligente

System INTELLO Funktionsweise - 3D

 

Effets de l’humidité et potentiel de prévention des dégâts au bâtiment

  • L’hu­mid­ité peut pénétrer de mul­tiples façons dans la con­struc­tion et ce phénomène n’est ja­mais totale­ment ex­clu.
  • Les charges d’hu­mid­ité trop élevées causent des dégâts au bâtiment.
  • L’élément déter­min­ant pour l’ab­sence de dégâts au bâtiment n’est donc pas le de­gré d’étanchéité d’un frein-va­peur, mais bi­en la quant­ité de réserves d'éva­por­a­tion dont dis­pose l’élément de con­struc­tion.
  • Les frein-va­peurs avec une forte résis­t­ance à la dif­fu­sion ne per­mettent guère d’éva­por­a­tion de l’hu­mid­ité de l’élément de con­struc­tion vers l’intérieur.

La sécur­ité con­struct­ive élevée est le fruit d’une étanchéité à l’air in­tel­li­gente.

 

coupe été hiver

Le meilleur moyen : les membranes intelligentes

Les membranes frein-vapeurs à résistance hygrovariable à la diffusion offrent à la construction la meilleure protection contre les dégâts par condensation. En hiver, elles sont fermées à la diffusion et protègent idéalement l'isolation de la pénétration d'humidité. En été, elles sont capables de réduire très fortement leur résistance à la diffusion et de garantir ainsi les meilleures conditions d'évaporation possibles.

Principe de fonctionnement des membranes hygrovariables

Principe de fonctionnement des membranes à gestion active de l'humidité

Les mem­branes à ges­tion act­ive de l'hu­mid­ité fonc­tionnent selon le prin­cipe de la mem­brane à ges­tion act­ive de l'hu­mid­ité en­viron­nante et ad­aptent de manière in­tel­li­gente leur résis­t­ance à la dif­fu­sion aux ex­i­gences ac­tuelles.

En hiver, l’hu­mid­ité en­viron­nante moy­enne du frein-va­peur s’élève à en­viron 40 %. Le flux de dif­fu­sion se di­rige de l’es­pace intérieur chauffé vers l’extérieur. Le frein-va­peur dev­rait al­ors avoir une forte résis­t­ance afin de protéger la con­struc­tion contre la con­dens­a­tion.

En été, l’hu­mid­ité en­viron­nante moy­enne du frein-va­peur dépasse 80 % et le flux de dif­fu­sion s’in­verse. La mem­brane dev­rait al­ors de­venir plus perméable à la va­peur afin de per­mettre à l’hu­mid­ité de s’éva­porer.

INTELLO, INTESANA & DB+: Diffusion

Résistance à la diffusion en fonction de l’humidité environnante

Les frein-va­peurs et mem­branes d'étanchéité à l'air pro clima IN­TELLO, IN­TES­ANA et DB+ répond­ent aux ex­i­gences précitées. IN­TELLO et IN­TES­ANA at­teignent une valeur sd supérieure à 25 m et inférieure à 0,25 m en été. La mem­brane pro clima DB+ at­teint 4 m en hiver et 0,6 m en été.

Plus l’écart de la résis­t­ance à la dif­fu­sion entre l’été et l’hiver est grand, plus le niveau de pro­tec­tion de la con­struc­tion est élevé, même en cas de pénétra­tion d’hu­mid­ité im­prévue.

Pour une préven­tion max­i­m­ale des dégâts au bâtiment, il faut que la réserve de séchage soit supérieure à la plus grande charge d’hu­mid­ité théorique­ment pos­sible !

La règle 60/2 - 70/1,5

La règle 60/2 - 70/1,5

Pour protéger les con­struc­tions aus­si en cas d’hu­mid­ité re­l­at­ive de l’air tem­po­raire­ment élevée, un frein-va­peur dev­rait fonc­tion­ner comme suit:

  • En cas d’hu­mid­ité re­l­at­ive moy­enne de l’air de 60 % (p. ex. dans les nou­velles con­struc­tions ou tem­po­raire­ment dans les cuisines et salles de bain), le frein-va­peur dev­rait at­teindre une résis­t­ance à la dif­fu­sion (valeur sd) d’au moins 2 m.
  • En cas d’hu­mid­ité re­l­at­ive moy­enne de l’air de 70 % (p. ex. dur­ant la phase de con­struc­tion, après la pose d’un en­duit mur­al ou d’une chape), le frein-va­peur dev­rait at­teindre une résis­t­ance à la dif­fu­sion (valeur sd) d’au moins 1,5 m.

IN­TELLO, IN­TES­ANA et DB+ re­m­p­lis­sent les deux ex­i­gences de manière fiable.

En prin­cipe, l’hu­mid­ité ac­crue dev­rait pouvoir s’échap­per en con­tinu de l’ouv­rage, par vent­il­a­tion au niveau des fenêtres. En hiver, des déshumid­i­fic­ateurs de chanti­er peuvent accélérer le séchage. Il con­vi­ent d’éviter la per­sist­ance de taux élevés d’hu­mid­ité re­l­at­ive de l’air.